NÉGOCIATIONS SYNDICALES EMPLOYÉS PISCINE

À la suite de la parution d’une publicité du Syndicat des cols blancs de Terrebonne (section locale 2326) publiée dans l’édition du 2 juin de l’hebdomadaire La Revue et d’un communiqué de presse émis ce même 2 juin, la Ville de Terrebonne tient à rectifier les allégations mises de l’avant par les représentants des employés.

À la suite de la parution d’une publicité du Syndicat des cols blancs de Terrebonne (section locale 2326) publiée dans l’édition du 2 juin de l’hebdomadaire La Revue et d’un communiqué de presse émis ce même 2 juin, la Ville de Terrebonne tient à rectifier les allégations mises de l’avant par les représentants des employés.

Allégation:

Les caissiers, sauveteurs et moniteurs de la piscine de Terrebonne sont sans contrat de travail depuis 2018 et la situation traine en longueur, faute d’ouverture de l’administration municipale.

Fait:

La convention venait à échéance le 31 décembre 2018. Les employés sont sans contrat depuis, le 1er janvier 2019.

Le syndicat a utilisé des recours judiciaires contre la Ville pour des allégations d’ingérence dans les activités syndicales et d’avoir voulu retarder les négociations collectives. Ces allégations ont été toutes deux rejetées par le Tribunal administratif du travail (TAT).

Allégation:

L’employeur tarde à produire les évaluations d’équité salariale pour les exercices 2015 et 2020 ayant pour effet de priver les employés des ajustements salariaux auxquels ils ont droit.

Fait:

Avant même de pouvoir débuter les exercices de maintien d’équité salariale de 2015 et 2020, la Ville devait obtenir l’aval de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour le maintien 2010. Il faut savoir que l’exercice d’équité 2010 avait fait l’objet d’une plainte de la part du syndicat résultant en l’intervention de la CNESST et commandant le respect de nouveaux changements législatifs applicables (projet de loi a été adopté en avril 2019). La confirmation finale stipulant que la Ville avait appliqué les mesures déterminées conformément à la décision de la Commission est arrivée le 15 février dernier.  A suivi une période d’affichage prévue à la Loi et maintenant les exercices 2015 et 2020 peuvent être effectués.

De plus, il est important de préciser que les ajustements salariaux, s’il en est, seront rétroactifs à la date où ils sont dus et seront payés avec intérêt au taux légal prévu à la Loi pour tous les titulaires des emplois visés.

Allégation :

La Ville refuse de consentir certains avantages aux employés à temps plein et d’octroyer aux employés piscine les mêmes augmentations salariales qu’aux autres groupes d’employés pour les mêmes années.

Fait :

Il est prématuré de dire que la Ville refuse de consentir certains avantages divers aux employés à temps plein ou encore de statuer sur les augmentations salariales puisque plusieurs de ces éléments n’ont pas fait l’objet de discussions à ce jour à la table de négociation à la suite du dépôt patronal.