LA VILLE SOUHAITE UN DIALOGUE DANS LE RESPECT MUTUEL

La Ville de Terrebonne tient à donner des précisions à la suite de la parution de la publicité de la Fraternité des policiers dans La Revue du mercredi 17 février dernier.

Par respect pour les parties impliquées et plus spécifiquement pour les intervenants désignés par la partie patronale issus de la Direction des ressources humaines, la Ville de Terrebonne ne négociera pas publiquement le renouvellement de la convention des policiers.

La Ville respecte le droit des policiers et policières ainsi que celui de la Fraternité d’exprimer publiquement leur point de vue dans la présente négociation. Toutefois, elle souhaite que le dialogue se fasse dans le respect entre les représentants officiels de chacune des parties et non sur la place publique.

Rappelons que le mandat patronal fut développé et recommandé par le comité exécutif. La position de la Ville s’appuie sur le désir de l’administration municipale de maintenir d'excellentes conditions générales de travail pour les policiers, et ce, en s’appuyant sur celles des 10 grandes villes du Québec. Il est important de rappeler que chaque entente de travail avec les syndicats municipaux a un effet direct sur le compte de taxes des citoyens. Tous les intervenants sont donc invités à faire des propositions qui respectent le rythme de croissance possible du portefeuille des contribuables d’ici 2025.

La Ville reconnait les défis d’aujourd’hui des policiers et policières. La Ville demeure optimiste de parvenir à une entente avec la Fraternité des policiers de Terrebonne.