La Croisée urbaine

Par souci de transparence, la Ville tient à informer les citoyens des projets d'envergure en cours.

La Croisée urbaine est érigé dans le secteur est de la ville entre les autoroutes 640 et 40, près de l’hôpital Pierre-Le Gardeur. 

En juin 2021, un règlement modifiant le règlement de zonage 1001-331 concernant le secteur de la Croisée urbaine a été adoptée. La modification faite au règlement de zonage permet d’encadrer davantage le développement des promoteurs comparativement à ce qui était autorisé.

Secteur visé par la modification réglementaire

zone-croisee-urbaine.jpg (121 KB)

Il importe de savoir que l’ancien règlement de zonage pour ce secteur était très permissif. Par exemple, il ne prévoyait aucun maximum du nombre d’étages qu’un promoteur pouvait ériger ni même un nombre maximal de logements. Cette éventualité pouvait donc avoir des impacts considérables sur nos infrastructures comme les égouts, les aqueducs, les axes routiers de même que sur la circulation et l’offre de service dans le secteur. Par conséquent, l’objectif de la modification réglementaire était de s’assurer de limiter le nombre de logements à un maximum de 5 500 unités dans tout le secteur. Ce nombre comprend les bâtiments existants et en cours de construction.

Ces changements permettent d’assurer le développement d’un secteur en respect des usages et de la capacité du réseau initialement prévu. Par conséquent, la modification réglementaire propose un nouveau découpage de zones afin:

  • de spécifier les constructions et les classes d’usages autorisés dans chacune des zones distinctes;
  • d’ajouter un nombre d’étages maximal pour chacune des zones en fonction des projets analysés et en respect de la densité prévue;
  • d’ajouter dans les zones autorisant les habitations multifamiliales une norme sur le nombre maximal de logements par terrain et une densité maximale;
  • d’ajouter des normes environnementales et durables pour l’analyse des projets. Par exemple : les cases de stationnement à prévoir pour les véhicules électriques, un nombre minimal d’ancrages à vélo, ainsi que des exigences sur le type de matériaux exigé pour les toitures plates (les toitures vertes/végétales, les matériaux de couleur blanche ou grise et/ou des matériaux dont l’indice de réflectance solaire (IRS) est d’au moins 76, attestés par les spécifications du fabricant ou par un avis d’un professionnel).

Ces balises d’aménagement, incluant le nombre d’unités maximales de 5 500, font d’ailleurs partie d’une convention de développement qui a été signée au préalable avec le promoteur immobilier en août 2017. Finalement, il importe de savoir qu’une partie du secteur est située dans l’aire TOD (transit oriented development) identifiée au schéma de la MRC et qui dicte de plus fortes densités dans cette aire de développement.

Pour en savoir plus sur les étapes liées aux modifications réglementaires, vous pouvez consulter la page Participation citoyenne